Risque Sanitaire. Problématique de la résistance bactérienne : recherche de nouveaux agents anti-bactériens

En dépit de l’utilisation extensive des antibiotiques et des programmes de vaccinations, les maladies infectieuses, particulièrement les infections bactériennes, restent toujours une cause majeure de mortalité dans le monde. En effet, en raison de l’utilisation massive et souvent intempestive des antibiotiques, les bactéries pathogènes ont pu développer des mécanismes de résistance contre la plupart des familles d’antibiotiques disponibles actuellement. Cette évolution a été particulièrement spectaculaire depuis une vingtaine d’années. La transmission possible des gènes codant pour les mécanismes de résistance entre différentes espèces bactériennes a provoqué l’émergence, notamment dans le milieu hospitalier, de bactéries multirésistantes voire totorésistantes qui posent de manière croissante des difficultés en thérapeutique courante. L’émergence récente et continuelle de souches résistantes aux antibiotiques classiquement utilisés en clinique est ainsi un grave problème de santé publique qui nécessite en urgence la découverte de nouveaux agents antibactériens. De telles molécules doivent être ciblées sur des protéines essentielles à la viabilité cellulaire, mais absentes chez les mammifères.

Les objectifs principaux de ces travaux sont :

-de concevoir et de synthétiser des composés ayant un potentiel antimicrobien en fonction de leur structure chimique (drug design), les cibles étant la voie de biosynthèse de l’acide diaminopimélique (DAP) et du peptidoglycane ou les voies de signalisations des résistances aux antibiotiques.

-de tester l’activité inhibitrice de ces composés sur les enzymes de cette voie de biosynthèse

-de tester l’activité anti-microbienne in vitro de ces molécules sur une large gamme de souches à Gram positif et négatif sensibles aux antibiotiques ou multirésistantes.

Ce projet est une collaboration avec :

-Jean-Philippe Lavigne, PUPH : Laboratoire de Bactériologie-Virologie
CHU de Nîmes /INSERM U1047, UFR de Médecine de Nîmes

-Dr. Hendrik Szurmant : The Scripps Research Institute, La Jolla, CA, USA ; College of Osteopathic Medicine of the Pacific Western University of Health Sciences Pomona, CA, USA

-Pr. Dr. Klaus Kummerer, Leuphana University, Lüneburg, Allemagne

-Pr. Jean-Didier Maréchal, Universitat Autonoma de Barcelona, Espagne

-Dr. Dominique Mengin-Lecreulx (Laboratoire des Enveloppes Bactériennes et Antibiotiques, Institute for Integrative Biology of the Cell (I2BC), UMR 9198 CNRS, Université Paris-Sud, Orsay)

Références :

Livermore DM J Antimicrob. Chemother. (2011) 66: 1941–1944 ;
Livermore DM J. Antimicrob. Chemother. (2009) 64, Suppl. 1, i29–i36
Cox, Sutherland, Vederas Biorg. Med. Chem.(2000) 8 :843-871
Vederas (2006) Can. J. Chem. 84 :1197-1207
Fan, Clay, Deyholos, Vederas Bioorg. Med. Chem. (2010) 18 :2141-2151
Sosic, Barreteau, Blanot et al. Eur. J. Med. Chem. (2011)  46 :2880-2894
Ross, McKinnie, Vederas J. Am. Chem. Soc. (2012) 134 :2008-2011
Tomasic, Blanot et al.  J. Mod Model. (2012) 18 : 1063-1072
Stanton Trends in Microbiology (2013) 21 (3) : 111-113
Cozzone Emerging Microbes and Infections (2012) 1, e38 : 1-3

Les commentaires sont fermés.